Au coeur : un brasier qui réchauffe et illumine !
  La parabole du radiateur : Plutôt que de courir dans tous les sens pour essayer de réchauffer un peu ce monde au risque de nous perdre, il vaut mieux faire le choix du radiateur. Quand il fait froid, si l'on met un radiateur au centre de la pièce (ou un grand feu si l'on est dehors), naturellement, tout le monde s'approche et vient se réchauffer auprès de lui.  Notre paroisse veut être un radiateur ou un brasier puissant qui attire et guérit ! Pour aller plus loin, cliquez ici
Une flamme de l'Esprit qui se communique.
La flamme du brasier, c'est l'Esprit Saint qui vient brûler dans nos coeurs. Une paroisse qui est un radiateur est d'abord une paroisse qui prie ! Où chacun nourrit une relation personnelle avec la Trinité. La paroisse veut donc développer la culture de l'intériorité. Il s'agit de prier le Père avec Jésus, dans l'Esprit. Pour aller plus loin, cliquez ici
Un processus pour que le bois s'embrase
On ne devient pas chrétien d'un coup ! Il faut un processus pour accueillir l'action de l'Esprit Saint en nous. On passe par des étapes et les demandes vis-à-vis de l'Eglise évoluent au fil du temps. L'encyclique du pape Paul VI a présenté cela comme un guide pour être sûrs que notre paroisse a bien tous les éléments et que ces éléments communiquent bien entre eux.   Pour aller plus loin, cliquez ici
le feu... en fagots !
Notre paroisse va fonctionner comme une "communauté constituée de communautés plus petites". Chacun est appelé à faire partie d'un groupe sur la paroisse. Chaque groupe constitué d'une dizaine de personnes doit être un lieu de vie fraternelle, de prière, et de formation en vue de l'évangélisation et du service d'autrui. Pour aller plus loin, cliquez ici
Des points d'attention
Mettre en oeuvre la "paroisse-radiateur" suppose d'orienter nos choix et décisions en fonction des critères qui viennent d'être donnés au-dessus... néanmoins, il y a encore d'autres petits points d'attention, plus secondaires mais qui restent nécessaires pour que tout fonctionne mieux : l'attention à la beauté de la messe, l'attention aux adultes, l'attention à avoir une pastorale attentive au coeur masculin "indomptable" et au coeur de la femme fait pour révéler la beauté... etc. Pour aller plus loin, cliquez ici

"Il n'y a pas de vents favorables pour celui qui ne sait pas où il va".

Toutes les décisions de la paroisse sont prises en vue d'un but. Nous essayons d'être cohérents. Pour aller plus loin :

feub

 

Au centre : le brasier qui réchauffe, éclaire et attire à lui.  

Le curé d'Ars :

Le saint curé d'Ars faisait remarquer que bien souvent les chrétiens et leurs prières "ressemblent à la paille parsemée çà et là dans un champ. Si on y met le feu, la flamme a peu d’ardeur". L'Eglise ressemble alors à un terrain vague, d'où s'échappent quelques fumeroles bien ridicules... "mais, nous dit le curé d'Ars, si on réunit cette paille éparse, la flamme est abondante et s’élève haut vers le ciel". Cette flamme lumineuse, réchauffe les coeurs et attire à elle.Voilà notre désir pour la paroisse. Que nous ne soyons des petites flammèches dispersées ça et là mais bien un grand feu !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La parabole du radiateur :

ce que dit le saint curé d'Ars peut être repris par la parabole du radiateur.

Les chrétiens se présentent bien souvent comme des personnes isolées, en voie de disparition.

Ils sont courageux et portent chacun la petite flamme de la foi... Ils savent que cette flamme est joie, paix, force et Amour alors, ils vont de personne en personne dans un monde qui lui, crève de froid. Ils essaient de réchauffer l'un puis l'autre, mais leur chaleur est trop faible, et le monde est tellement vaste ! Ils courent partout, donnent tout, mais finissent par se décourager, épuisés par la tâche trop grande.

Alors il leur faut comprendre qu'ils n'arriveront pas à réchauffer le monde entier. Les chrétiens doivent se regrouper au centre. Ensemble, ils forment un feu qui devient comme un radiateur. Ils n'ont pas besoin de bouger. Ce sont les gens qui ont froid qui se rapprochent et enfin trouvent une vraie chaleur capable de faire fondre la glace de leur coeur et de les libérer de l'engourdissement qui les paralyse.

Notre paroisse veut être un radiateur puissant qui attire et guérit !

 
L'Esprit Saint est la flamme :

Au centre, la prière :

Toute tentative de faire un brasier sans la prière aboutit invariablement à former un club, certes sympathique, mais qui ne fonctionne pas sur le fond. Le feu est l'Esprit Saint. La paroisse ne peut compter sur ele-même. Elle reçoit tout de Dieu. 

Intériorité, prière, adoration... sont le socle sur lequel tout se construit. Notre vision suppose donc que tout chrétien puisse avoir une vie de prière personnelle et communautaire intense.

 

 

La bûche de saint Jean de la Croix :

Saint Jean fait une comparaison entre notre âme et une bûche. L'Esprit Saint, par sa chaleur ardente, vient la transformer en lui-même comme le feu transforme le bois en lui-même. C'est douloureux pour le bois, il commence par perdre sa sève. Il est noirci, il craque de toute part, il semble laid et abîmé mais cette étape de purification est nécessaire.

Ensuite, nous dit saint Jean, "Plus le feu pénètre le bois, plus son action est énergique et violente, car il s'agit de disposer la partie la plus intérieure à être transformée en feu". 

 
 Un processus pour que le bois s'embrase :

Nous nous appuyons ici sur l'encyclique du pape Paul VI publiée le 8 décembre 1975 : Evangelii Nuntiandi. 

Cette encyclique explique que nous avons toujours une forme de processus qui nous permet d'accueillir progressivement la force de l'Esprit Saint, l'Amour de Jésus et le don de nous-même au Père.

  1.  Evangélisation de la culture pour la parole de l'Eglise puisse être entendue et comprise.
  2. Annonce implicite à travers la charité qui suscite l'intérêt
  3. Annonce explicite qui suscite la conversion.
  4. Formation et vie sacramentelle, qui amène à un changement de vie radicale : la vie dans l'Esprit selon les trois dimensions du baptême (prêtre, prophète et roi)
  5. Discernement des charismes et envoi en mission : celui qui est devenu un véritable disciple devient missionnaire.

Notre paroisse doit être présente dans chaque moment de la conversion.

Mon rôle de pasteur est de bien vérifier la "fluidité" entre les différentes étapes. 

 

Le feu... en fagots !  

Une communauté de communautés : 

Aller tout seul au feu est difficile. Difficile car on entre d'un coup dans une communauté nombreuse de 400 personnes qu'on ne connaît pas. Difficile car la vie spirituelle est une aventure qui suppose d'être vécue à plusieurs.

Notre paroisse veut donc se constituer comme une "communauté faites de petites communautés". L'objectif est que chacun appartienne à un petit groupe d'une dizaine de personnes à travers lequel il puisse vivre la joie de son baptême, mais aussi trouver sa place et sa mission dans l'Eglise.

Les études ont montré qu'un chrétien doit connaître au moins 5 familles différentes pour persévérer dans sa pratique religieuse.

 Les fraternités missionnaires :

L'évêque de Toulouse nous demande lui-même de créer ces petites communautés. Il les appelle "fraternités missionnaires".

Elles sont des lieux où se vivent particulièrement ce qu'il appelle les "5 essentiels" qui sont une déclinaison des 3 dimension du baptême et donc de la vie de tout chrétien :

  • Etre prêtre, c'est l'essentiel de la prière (1).
  • Etre prophète c'est l'essentiel de la formation (2) et celui de la mission (3) car le prophète se met à l'écoute de la vérité, il travaille pour ensuite annoncer la bonne Nouvelle qu'il a reçue.
  • Etre Roi, c'est être serviteur des autres. Cela se traduit par l'essentiel de la fraternité au sein de l'Eglise (4) et celui de l'amour rayonnant de la charité pour tous (5).
Des points d'attention

La messe est la source et le sommet de toute vie chrétienne

La messe est LE moment où toute la communauté paroissiale se rassemble chaque semaine. Nous voulons particulièrement soigner la liturgie et permettre que chaque messe soit une rencontre réelle avec le bon Dieu.

 

 

 

 

 L'attention aux adultes

Notre foi est trop souvent considérée comme une "activité éducative pour les enfants". On met beaucoup de moyens pour eux en terme d'activités, de formation, de locaux... etc. Et trop peu pour les adultes. Ces derniers ne connaissent d'ailleurs de la catéchèse que ce qui leur a été appris quand ils avaient 10 ans. 

Il est temps de redécouvrir que l'Eglise est d'abord pour les adultes. Un prêtre le disait à travers cette image : quand un avion est en difficulté et que les masques à oxygène tombent. On vous demande de les mettre d'abord aux adultes qui ensuite, s'occuperont des enfants et non l'inverse. Un adulte qui va bien, ce sont des enfants qui vont bien.

L'accueil de chacun

Notre paroisse a encore du mal à prendre le temps "d'intégrer". Permettre à chacun de trouver sa place suppose qu'il ait plaisir à rencontrer des paroissiens qu'il connaît et qui l'attendent. "Un chrétien seul est un chrétien en danger".

Trouver sa place, c'est aussi trouver sa mission. Nous pourrions avoir ce petit slogan : "un paroissien, une mission".

Une pastorale de l'audace et large de coeur.

Nous ne pouvons plus avoir une présentation étriquée de la foi. L'homme est fait pour vivre de grandes aventures, pour mener de grands combats et conquérir la beauté. Notre pastorale veut manifester cela.

 

© Copyright Ensemble Paroissial Montastruc-Bessières-Verfeil
Mentions légales  - Nous trouver  - Connexion